Archives par étiquette : Shibuya

Hors Pistes Tokyo

Soirée Redbox – Hors Pistes Tokyo

Ce samedi 9 juin, dans le cadre du festival Hors Pistes Tokyo, la soirée Carte blanche à Redbox va réunir une paire d’artistes qui vous donne envie de vous déplacer pour en prendre plein les mirettes et les esgroudes !
Ca se passe au WWW à Shibuya, ça commence à 23 heures et vous pourrez entendre :
JD Twitch
– Gonno
– Notre cher ami hajimeinoue
L’installation visuelle sera assurée par nos autres amis : RDV.

Venez nombreux !

Neon magazine

14/4/12 – Womb 12th Anniversary

Neon magazineLe Womb (la matrice) fêtait ses 12 ans le 14 avril avec une belle brochette d’artistes (Shinichi Osawa, Dexpistols, Aki pour ne citer qu’eux)  et Neon était de la party, histoire de ne pas manquer cet événement d’un des grands clubs tokyoïtes. Accueil floral et parfumé à l’entrée, dégustation de sushis, des pin’s pour les chanceux et un peu plus loin, le dancefloor – la matrice donc -, qui pour ce jour spécial avait été redécoré : écrans géants, néons et une moquette blanche feutrée. Sur un piédestal, les artistes maîtrisaient la salle qui levait les yeux pour les voir et profiter de animations de Human.
Vivement les 13 ans !

– Programmation –
DJS
SHINICHI OSAWA, DEXPISTOLS, AKi, YUUKi MC, OHNISHI, SODEYAMA, Dr. SHINGO, TECHRIDERS, RYUSUKE NAKAMURA, SATOSHI OTSUKI, TAKUYA, KIKIORIX, AKR, RAHA, SON, TIMO, PUNCHI, HARRY, YMASA
VJ
NUMAN
LIGHTING
SAITO
[nggallery id=35]

Neon magazine

3/3/12 – 06S @ Womb

Le samedi 3 mars 2012, le club WOMB à Shibuya a présenté des artistes du label EXIT RECORDS qui ont ravi ce soir-là tous les amateurs de drum and bass venus pour l’occasion.

dBridge et SP:MC, les invités de cet événement ainsi que dj aki des soirées 06S, ont tenu en haleine une salle comble pendant la majeure partie de la soirée. On s’y est rendu pour vous rapporter quelques images images de l’ambiance.
Photos : Bruce
[nggallery id=32]

Tokyo vu par - Neon magazine

Tokyo vu par… Silvin Barreda, mannequin

Deux samedis par mois, « Tokyo vu par… » c’est le regard d’une personnalité de l’art, du design ou de la culture sur la ville : ses quartiers, ses magasins, ses souvenirs aussi. Un regard sincère et personnel sur Tokyo et autant d’idées de promenades et de découvertes.

Silvin BerredaSi vous ne connaissez pas son nom, son visage, lui, vous est peut-être familier. Silvin Barreda est mannequin, de ceux que l’on voit dans les magazines et sur les affiches 3×4. New-York hier, Paris, Londres ou Berlin demain : les mégapoles sont son terrain de jeu, lui le globe-trotter toujours entre deux avions, deux fuseaux horaires. L’une de ces villes pourtant l’a marqué plus qu’aucune autre : Tokyo vu par Silvin Barreda c’est ici même, en exclusivité pour NEON Magazine.

Silvin Barreda : « Tokyo c’est pour moi comme une deuxième maison. Lors de mon premier séjour, pour mon boulot de mannequin en janvier 2011, j’ai réalisé mon rêve : Tokyo était la ville qui me fascinait le plus. J’en suis tombé amoureux tout de suite, d’elle et de tout ce qui la compose. C’est à Tokyo aussi que j’ai commencé la photo. La ville me donne beaucoup, elle me rend créatif et c’est pour ça que je suis revenu début juillet. J’y ai passé deux mois et demi, prenant toujours le même plaisir à redécouvrir la ville, comme si elle me parlait. C’est sans doute elle d’ailleurs qui m’a soufflé l’idée d’orienter mon travail photo sur l’architecture et la nature. À Tokyo, l’une et l’autre se mêlent jusqu’à parfois ne faire plus qu’un.

Mon Tokyo, c’est Roppongi. C’est là où je viens vivre à chaque fois, tous mes repères sont ici, j’aime ce quartier pour y faire la fête.

Shibuya aussi, pour le coté « j’en prends plein les yeux » avec aussi de très bon clubs comme le Womb, entre autres.

Shinjuku enfin, pour ses buildings au look futuriste et son quartier coréen. »

Photo Silvin Barreda

Tokyo vu par - Neon magazine

Tokyo vu par… Marie-Min Berthuin, Directrice artistique

Deux samedis par mois, « Tokyo vu par… » c’est le regard d’une personnalité de l’art, du design ou de la culture sur la ville : ses quartiers, ses magasins, ses souvenirs aussi. Un regard sincère et personnel sur Tokyo et autant d’idées de promenades et de découvertes.

La vie de Marie-Min, c’est une histoire de déménagements qui n’en finiraient jamais : née à Séoul, elle grandit dans le Vercors avant de filer à Paris pour des études à l’ENSAAMA. Vient ensuite le Royaume-Uni, 4 ans. Et puisque la concurrence est décidément très rude entre les mégapoles asiatiques, c’est Shanghai qui vient de nous la prendre après ses 4 années à Tokyo. C’est de là-bas qu’elle nous a envoyé ces quelques lignes, son Tokyo à elle. Et ça commence avec un livre…

Marie Min BerthuinMarie-Min Berthuin : Tokyo Nobody est un de mes livres de photos de Tokyo favoris, un des premiers que j’ai mis dans mes cartons lorsque j’ai quitté mon appartement de Namikibashi. Je l’ai choisi pour NEON parce qu’il y a quelques mois, après le tremblement de terre, j’ai eu l’occasion particulière de vivre ce « Tokyo Nobody », dans d’autres circonstances mais avec une intensité qui m’a liée a cette ville encore plus profondément.

En général au contraire, Tokyo c’est plutôt des rues pleines de gens, des lieux incroyables. Une ville unique avec ses endroits et ses personnalités uniques.

Parmi mes adresses favorites, il y a le Piano Bar, à Shibuya. Les serveurs sont juste les Japonais les plus accueillants que j’ai rencontrés lorsque je suis arrivée à Tokyo, le shochu y est excellent et le décor : vous comprendrez lorsque vous y serez. Ensuite, il y a la rue du Bunkamura avec tous ses petits restos dont le Mayu Cocoon Bar, une sorte de bistrot qui tient une place spéciale dans mon cœur. Mais il n’y a pas de mots pour décrire ce Mayu Cocoon Bar, sorte d’izakaya très spécial où on déguste du fois gras.

Dans la série des bars il y a aussi le M à Daikanyama, comme une seconde famille pour moi ; l’izakaya Let it rock, en face du unit en sous-sol ; le Kinfolk, où l’on sert les meilleurs whisky sour de Tokyo, et le Berry Bar où j’ai fait ma sayonara party, à Nakameguro. C’était de loin mon endroit favori avant de quitter Tokyo, ne serait-ce que pour LA table de ping pong à côté du bar tapissé.

Et pour en finir avec le Tokyo de la nuit, en vrac toujours : le Trump Room pour les soirées de Trent S. (Sniff Sniff) et les soirées Control de Jake H., le Liquid Room lorsque dj Nobu nous fait l’honneur de se mettre aux platines… et d’autres, tellement d’autres.

Et puis parce que mon travail est lié a la mode, en shopping j’aime tout particulièrement Loveless, Tsumori Chisato à Aoyama, APC et Beams à Daikanyama. Et puis Harajuku et Shimokitazawa pour les friperies.

Côté galeries, je conseillerais Rocket Gallery à Meiji Jingumae, Vacant à Harajuku, la Galerie Happa à Yutenji, 21_21 à Midtown, le musée au 52ème étage de la Mori Tower… Et puisque l’on parle d’art, j’ai participé a l’organisation du festival Hors Pistes Tokyo, qui aura lieu au Superdeluxe, M et Uplink, grâce a l’initiative d’Isabelle Olivier. A voir absolument !

La liste est longue de lieux et des gens que j’aimerais citer. J’ai des souvenirs incroyables dans cette ville et je souhaite à tous ceux qui découvrent Tokyo d’avoir la même expérience fantastique que moi.

Tokyo, je reviendrai bientôt.

Photo (haut) : Mami Tanabe

Tokyo vu par - Neon magazine

Tokyo vu par… Mariel Clayton, photographe de poupées

Mariel Clayton - ChadoDeux samedis par mois, « Tokyo vu par… » c’est le regard d’une personnalité de l’art, du design ou de la culture sur la ville : ses quartiers, ses magasins, ses souvenirs aussi. Un regard sincère et personnel sur Tokyo et autant d’idées de promenades et de découvertes.

Mariel Clayton est une autodidacte. Une photographe qui s’est formée toute seule avec une seule obsession : mettre en scène ses Barbies dans des intérieurs qu’elle imagine de A à Z, dans des positions et des situations qui en disent long sur ce qui se passe dans sa tête. Chaque détail, chaque élément est pensé pour un résultat qui semble à la fois irréel et en même temps si probable. On lit ses photos comme on lit un livre, en se demandant ce que la suivante va raconter. On est fasciné parfois, écœuré d’autres fois, amusé aussi mais on en redemande. Cette jeune Canadienne connaît très bien Tokyo pour y être venue souvent. Nous lui avons demandé de nous raconter sa passion pour la capitale japonaise.

Mon Tokyo
Mon Tokyo, c’est le temple Senso-ji tôt le matin, quand tout est calme, quand le premier bouquet d’encens s’allume dans le brasier et que sa fumée parfumée monte avec les rayons laiteux et poussiéreux du soleil. Je suis alors tranquille.
Mon Tokyo, c’est les cerisiers magnifiques du parc d’Ueno éclairés par la lumière rose matinale quand le vent frais fait pleuvoir des pétales douces sur mon visage, quand je tends la main et touche cette beauté filtrée à travers mes doigts comme des flocons de neige.
Mon Tokyo, c’est de faire le tour du Palais impérial l’après-midi puis de me diriger vers ses jardins à l’est où je suis entourée d’arbres verts et me mets à chercher les grandes carpes dorées dans les douves et les étangs. Là, je bois un thé au blé à l’ombre des arbres et écoute les cigales tout en en observant les libellules aux tons saphir et émeraude.
Mon Tokyo, c’est de traverser Tsukiji à 5 heures du matin en observant tout ce que la mer peut fournir et en respirant l’odeur de l’océan, d’avoir la possibilité de désosser une anguille et de l’emporter, de déguster un morceau fraîchement découpé de thon tendre comme du beurre, de prendre un thé chaud et des sashimi frais pour le petit déjeuner au comptoir d’un tout petit restaurant rempli de clients gais en train d’apprécier le poisson pour ce qu’il est.
Mon Tokyo, c’est de passer des heures dans le magasin Kiddyland à admirer tous ces jouets qui me rajeunissent si bien que j’ai envie de me mettre à monter et à descendre les escaliers en courant car je déborde d’une joie enfantine pure, de parcourir l’avenue Kappabashi-dori jusqu’à ce que je trouve le magasin Maizuru pour à nouveau être comme une enfant qui joue à la dînette.
Mon Tokyo, c’est chaque coin de la ville, des lumières vibrantes et colorées de Shibuya et d’Akihabara à l’enfilade de portes cramoisies du temple Hie jinja à Akasaka.
Mon Tokyo, c’est le Narita express depuis l’aéroport, quand mon excitation monte à mesure que je m’approche du centre et que mon cœur bat à tout rompre du plaisir d’être là.
Mon Tokyo, c’est cette première expérience unique, quand j’étais perdue dans le métro, que j’ai sorti mon plan et qu’en moins de 10 secondes, trois personnes sont venues me voir pour me demander si j’avais besoin d’aide en se souciant de moi ; j’avais l’impression de rentrer chez moi.
Mon Tokyo, c’est tous ces merveilleux gens ; sympathiques, amusants, polis et attentionnés.
Mon Tokyo remplit tout mon cœur.

Le site de Mariel Clayton

On The Corner – N.8 Bear Pond

Café de Flore, Deux Magots, Café de la Mairie… Il y aurait des livres à écrire sur les cafés d’angle, irremplaçables observatoires sur la ville et sur ses habitants. Celui ouvert par partycompany Inc. en juillet dernier en a fait son nom, On The Corner, mais la comparaison avec ses homologues parisiens s’arrête là. Avec ses petits boxes qui lui donnent de faux airs de wagon-restaurant, On The Corner lorgne bien plus vers l’Amérique des années 50, murs blanchis à la chaux, banquettes noires, pendule massive façon hall de gare et surtout une imposante enseigne en lettres capitales qui ne se rate pas.

Le café est ouvert dés 9H, une aubaine dans le quartier, et les petits-déjeuners y sont un petit bonheur. Idéal pour commencer la journée, et jusqu’à 18H pour se régaler d’un café Latte de l’excellentissime Bear Pond Espresso. En soirée, on n’oubliera pas d’aller faire un tour au Sunday Issue, la galerie installée à l’étage. Ceux que l’art laisse indifférents pourront rester installés au bar, tandis que les amateurs de livres rares préfèreront se plonger dans la lecture d’un des titres du très intime coin bibliothèque.

… Et merci à Etsuko pour la visite !

ON THE CORNER – N.8 BEAR POND
Ouvert tous les jours de 9H à 2H du matin
Petit-déjeuner à partir de 9H, déjeuner de 11H30 à 15H
1-17-1 Shibuya Shibuya-ku Tokyo 150-0002
Tél : 03-6427-7273