Aguri Sagimori, créatrice de mode

Plus que trois jours avant la Japan Fashion Week nouvelle formule, rebaptisée Mercedes-Benz Fashion Week Tokyo du nom de son sponsor. L’occasion pour nous de vous présenter l’un des grands espoirs de la mode japonaise, Aguri Sagimori. « Aguri-chan », ainsi que l’appellent affectueusement ses pairs, est jeune, très jeune. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir la tête sur les épaules et des envies à revendre. Portrait.

Cedric RiveauLa première chose qui marque lorsque l’on rencontre Aguri Sagimori, c’est son regard, mystérieux mélange de détermination et de nonchalance. Comme si à 26 ans à peine, elle avait déjà fait le tour de ce tout petit monde qu’est la mode. Née à Osaka d’une mère qui elle-même travaille dans le milieu, son parcours paraît tout tracé : elle suivra le chemin de celle-ci mais à Tokyo, là où tout arrive, où tout se crée. Ensuite les choses se précipitent : elle est à peine diplômée que les premières récompenses arrivent, Grand Prix du jeune designer notamment, puis suivra le prestigieux Grand Prix de la mode du journal Mainichi.

L’année suivante, nous sommes en 2008, c’est la première participation à la Japan Fashion Week et le premier défilé : « À l’époque je ne connaissais pas grand chose, je ne savais pas comment fonctionne un défilé, et même la mode en général. Evidemment, c’était quelque chose d’un peu angoissant, d’inquiétant, et en même temps c’est peut-être grâce à ça que je m’en suis plutôt bien sortie. Enfin, je crois. »

Pour son deuxième défilé, Aguri Sagimori s’inspire du film Les oiseaux d’Alfred Hitchcock. Un choix qui surprend lorsque l’on connaît les goûts de la jeunesse japonaise, d’habitude plus adepte du shopping que des classiques du cinéma. « C’est quelque chose que j’aime, ces ambiances un peu noires, que ce soit les livres de Edogawa Rampo ou les films de Hitchcock. Plus que les choses tout simplement belles, les choses qui brillent, j’aime quand la beauté surgit de quelque chose de sombre. J’ai ça en moi. »

Viendront ensuite 3 autres défilés à la Fashion Week Tokyo jusqu’au dernier, en mars 2010. Ensuite, il y eut un film, réalisé par Mot Sinabel, et une installation présentée au Suntory Museum lors de l’édition Printemps/Été 2011. Depuis, plus de défilés mais de simples présentations en showroom. Aguri Sagimori ne sera pas non plus de cette Fashion Week Tokyo 2012 S/S. Comme si celle qui dit « avoir encore beaucoup à apprendre » était passée à autre chose.

La suite ? Paris, peut-être, ville où elle présente ses collections depuis 2009 dans le cadre du projet Vantan Tokyo. Aguri y est allée quatre fois et visiblement elle n’a pas envie d’en rester là : « un jour, j’aimerais être considérée non plus comme encore une nouvelle maison japonaise venue présenter ses collections à Paris, mais comme une maison parisienne, tout simplement. » C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

http://www.agurisagimori.co.jp

Une réflexion au sujet de « Aguri Sagimori, créatrice de mode »

  1. Ping : Rencontre avec Aguri Sagimori et Mote Sinabel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *