Yoshitaka Haba, le passeur de livres

NM : Vous avez aussi travaillé sur la librairie Shibuya Publishing Booksellers je crois ?

YH : Oui, et c’est Hiroshi Nakamura qui en a pensé le design.

NM : Ce que j’aime par dessus tout dans SPBS, c’est cette impression que l’on a que quelqu’un, j’ai envie de dire un ami, a choisi les livres pour moi. J’en prends un, et puis celui d’à côté a l’air bien aussi alors je le feuillette aussi.

Dans une interview, vous avez appelé ça je crois les « editorial shops« . Pouvez-vous nous expliquer ce que c’est, les « editorial shops » ?

YH : Il y a quelques années, on a vu ouvrir un grand nombre de select shops, il y en avait partout. C’était un peu comme faire le tour du monde des tendances. On pouvait y trouver les derniers trucs à la mode aux USA, au Brésil, en Chine. C’est dans la sélection des objets, en quelque sorte dans la vision proposée que résidait l’intérêt de ces select shops. Les editorial shops en sont assez proches en ce sens que le choix des livres y est important, bien sûr, mais plus encore pour moi la clé c’est l’environnement, l’espace dans lequel ces livres sont disposés, la façon dont ils sont classés.

Récemment, j’ai travaillé sur la boutique Tokyo’s Tokyo, dans le nouvel aéroport de Haneda. La boutique est divisée selon les régions du Japon, Shizuoka, Hokkaido, Okinawa… Nous sommes dans un aéroport, ce qui veut dire que les clients de la boutique vont s’envoler vers une de ces destinations. Peut-être même qu’ils auront l’envie d’emporter avec eux l’un des livres trouvés dans la librairie.

Dans les aéroports aujourd’hui, le temps d’attente avant l’embarquement est de plus en plus court. Autrefois, il fallait arriver une heure avant d’embarquer, mais maintenant 15 minutes suffisent. Au final, les passagers passent donc de moins en moins de temps dans l’aéroport. Alors j’ai pensé que ce serait du temps perdu d’aligner beaucoup de livres. Les clients n’auraient de toute façon pas le temps de les regarder vraiment. D’où l’idée de n’en proposer qu’un petit nombre.

Traditionnellement, dans les librairies japonaises en tout cas, le plus important était d’avoir le plus grand nombre de livres en rayon. C’est le nombre de ces titres disponibles qui faisait la « qualité » d’une librairie.

Au moment de concevoir Tokyo’s Tokyo, au contraire, j’ai voulu limiter au maximum le nombre de livres. En gros, le « Best 3 » des livres à emporter par destination. Il ne s’agit pas de dire aux clients, lisez celui-ci, ou celui-là. Simplement, c’est comme une façon de conseiller ces clients, de les prendre par la main. Par exemple, en numéro 1, on va mettre Kaze Matasaburo de Kenji Miyazawa. Miyazawa était originaire d’Iwate et ce livre est un de ses livres que j’aime le plus. Et pourtant ce n’est pas un livre très populaire aujourd’hui au Japon. Il a longtemps figuré dans les manuels scolaires alors quelque part, on a l’impression de l’avoir lu sans que ce soit vraiment le cas. Et puis de toute façon dans les librairies quand on cherche un livre de Miyazawa, on trouve certains de ses livres mais rarement celui-là. En général c’est plutôt Train de nuit dans la voie lactèe. Sans compter que si ça se trouve on va peut-être repartir avec un livre de Yukio Mishima, puisqu’il est juste à côté sur les rayonnages. Autrement dit, on n’aurait pas forcément l’idée, ou l’envie de choisir ce livre-là, et c’est justement pour ça que je l’ai voulu là. D’ailleurs c’est amusant mais le mois où Kaze Matasaburo a été mis en avant chez Tokyo’s Tokyo, c’est l’endroit où il s’est le plus vendu du Japon. Bon, bien sûr il s’agit tout au plus de 50 exemplaires mais c’est déjà ça.

Une réflexion au sujet de « Yoshitaka Haba, le passeur de livres »

  1. Roxie

    Any government that needs “new streams of re2#eue&n82v1; should have their legislature and executive branches donate their salaries back into the public coffers. Oh, wait. I forgot. We’re their indentured servants, so they just need to find more ways to steal our money. Why should they even bother to consider the unintended consequences when there’s always someone else to rob?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *