FLOW by Apollo - Satoshi Kurosaki

Interview de Satoshi Kurosaki

DAMIER by Apollo - Satoshi KurosakiAlors la réponse peut être par exemple : « c’est trop petit, on est à l’étroit ». Ou alors, « on n’aime pas notre environnement, notre quartier actuel. » Il y a toutes sortes de raisons. Et d’ailleurs, il y a aussi des clients qui nous demandent de les aider à choisir jusqu’au quartier. Dans certains cas, c’est même la moitié du problème : veulent-ils construire au bord de la mer, dans la montagne, en plein centre-ville… Notre travail c’est aussi de les aider à faire le bon choix. Enfin, dans un dernier cas, il y a les personnes qui possèdent déjà le terrain et ne savent pas très bien ce qu’ils pourraient en faire.

NM : Nous parlions tout à l’heure de l’émiettement de la ville, de ces terrains petits ou très petits et qui appartiennent pour la plupart à des particuliers. J’imagine que c’est cela aussi qui explique le succès qu’ont connu les Small Houses ?

SK : Depuis les années 60 puis 70 avec des gens comme Tadao Ando ou Azuma Takamitsu, il y avait déjà des Small Houses. Ensuite, elles ont un peu disparu, en raison de la bulle financière notamment. À ce moment-là, la mode était plutôt aux projets à grande échelle. Il n’y avait plus de place pour les projets de petite taille. On m’a même dit que ce n’était pas le travail d’un architecte. Mais la bulle a explosé et avec les gens de ma génération nous nous sommes retrouvés à nous demander ce qu’on pouvait encore faire. C’est précisément à ce moment qu’est né Apollo, et nous avons eu la chance que nos premières réalisations trouvent des échos dans les magazines. Ensuite, à partir des années 2000, il y a eu un boom pour ces Small Houses que de jeunes architectes dans la vingtaine ou la trentaine ont commencé à construire avec un vrai soin.

NM : Quel type de personnes viennent vous voir pour construire leur Small House ?

SK : De façon générale, ce sont surtout des personnes dans les 25-40 ans. Les 25-40 ans et aussi les personnes dans la cinquantaine. Pour eux, c’est l’idée de se construire une nouvelle vie dans un nouveau chez soi, à deux, après le départ des enfants devenus grands. Ce qu’ils veulent c’est une maison, petite, très petite même, mais près de la gare. Ce sont vraiment ces deux groupes, ces deux générations qui ont fait le succès des Small Houses.

NM : En France aussi, avec les prix astronomiques qu’on voit maintenant dans l’immobilier, à Paris notamment, les Small Houses pourraient avoir du succès.

SK : Beaucoup de journalistes européens viennent nous voir, à Apollo, et j’ai remarqué que selon leur nationalité, il y a ceux qui comprennent ce concept, cette idée de Small Houses et d’autres pour qui au contraire c’est totalement mystérieux, incompréhensible.

2 réflexions au sujet de « Interview de Satoshi Kurosaki »

  1. Ping : Tweets that mention Interview de l'architecte japonais Satoshi Kurosaki - Apollo -- Topsy.com

  2. Ping : media掲載 2011 | 建築家 黒崎敏の主宰する建築設計事務所 APOLLO Architects & Associates|News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *