FLOW by Apollo - Satoshi Kurosaki

Interview de Satoshi Kurosaki

Satoshi Kurosaki - Apollo - interviewNM : En tant qu’architecte, que pensez-vous de ce phénomène ? Est-il propre à Tokyo ?

SK : J’ai eu l’occasion de voyager dans pas mal de villes à l’étranger mais je n’ai jamais rien trouvé de semblable. Cet enchevêtrement, ce contraste partout dans la ville est tout à fait intéressant. À l’inverse, c’est une ville où il est très difficile de concevoir des projets à grande échelle, d’organiser des plans d’urbanisme. C’est ce genre de ville. Elle n’est pas très belle comme ça, à première vue, mais c’est une ville très dynamique, toujours en mouvement, changeante aussi et finalement excitante, plus encore peut-être que New-York.

NM : Mais est-ce que ce n’est pas triste pour un architecte de savoir que ses réalisations ne dureront pas plus longtemps qu’une ou deux générations ?

SK : Nous, nous les construisons pour qu’elles durent, par exemple en employant des matériaux comme le béton (NDLR : le béton utilisé par Apollo est un béton particulier, rendu particulièrement solide par un mélange d’air et d’eau). Et surtout c’est à nous de faire que les propriétaires aiment et s’attachent au bâtiment que nous avons construit pour eux. D’ailleurs, parmi nos clients la plupart veulent rester y toute leur vie et mettre le transmettre à leurs descendants. C’est pour ça qu’ils viennent nous voir alors qu’il y a tant d’autres sociétés qui proposent des constructions meilleur marché.

NM : Justement, pour parler de votre travail avec Apollo, comment se passe la réalisation d’un projet ? D’où viennent les premières idées ?

SK : Rien ne vient jamais de moi, de mes idées propres. C’est d’abord de longues discussions. C’est là que nous cherchons les réponses, à savoir pourquoi le client veut faire construire, ce qui le motive. Et nous essayons d’aller plus loin encore que ce qu’il pouvait avoir en tête au départ. Nous l’aidons à aller au fond des choses, au bout de son idée. Autrement dit, nous ne nous contentons pas de réaliser le bâtiment qui nous est demandé. Nous essayons de trouver ce que le client porte en lui.

NM : Mais j’imagine que dans bien des cas, les clients ne savent pas vraiment ce qu’ils veulent ?

SK : Dans ce cas nous partons le plus souvent des bâtiments qu’ils ont vus dans des magazines ou sur Internet, qu’ils ont aimé et qui les ont amenés à venir nous voir. Et nous leur demandons de nous expliquer ce qui leur a plu très précisément. Ça peut être par exemple une atmosphère qui leur plaît. C’est là où nous pouvons trouver leurs motivations profondes, psychologiques presque. On les aide à mieux comprendre, en fait. On peut aussi tout simplement leur demander pourquoi ils ont pensé à faire construire. Si ces clients veulent leur propre maison c’est que quelque part leur logement actuel ne leur convient pas, qu’il y a un problème. Nous devons résoudre ce problème.

2 réflexions au sujet de « Interview de Satoshi Kurosaki »

  1. Ping : Tweets that mention Interview de l'architecte japonais Satoshi Kurosaki - Apollo -- Topsy.com

  2. Ping : media掲載 2011 | 建築家 黒崎敏の主宰する建築設計事務所 APOLLO Architects & Associates|News

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *