NEON NIGHT Vol. 1 : Nao Tokui

S’il n’était pas aussi gentil, Nao Tokui aurait tout pour énerver : étudiant brillant diplômé de l’Université de Tokyo, musicien respecté signé sur deux des plus intéressants labels de musique électronique japonais, op. disc et PROGRESSIVE FOrM, il est aussi l’un des fondateurs de Qosmo, start-up à la terrasse aussi grande que les bureaux qui parvient à faire le grand écart entre les multinationales et la création musicale la plus pointue

A un peu plus d’une semaine de la NEON NIGHT Vol. 1 le 16 septembre au M Event Space & Bar à Daikanyama, rencontre avec celui qui en sera une des têtes d’affiche.

NEON MAGAZINE : Bonjour ! Pour commencer, pouvez-vous vous présenter ?

Nao TOKUI : Je suis DJ, producteur, codeur et surfeur.

Au début, j’ai commencé à mixer comme DJ tout en poursuivant mes travaux de recherches à l’université. Et puis à un moment, vers l’année 2000, j’ai voulu réunir ces deux activités et c’est comme ça que j’ai commencé à imaginer des programmes pour faire de la musique.

Ces programmes ont été utilisés de manière expérimentale sur des titres de dance musique sortis sur le label PROGRESSIVE FOrM.

Plus récemment, je mixe et organise moi-même des soirées, le plus souvent près de là où j’habite, à Fujisawa.

NM : Vous travaillez sur quoi en ce moment ?

NT : Depuis 2008, je m’occupe surtout de la société que j’ai créée, Qosmo. Je l’ai créée avec Taeji Sawai, un musicien, et Alexander Reeder, qui lui est un spécialiste de ce qu’on appelle le « interaction design ». Avec nos parcours différents les uns des autres, nous créons des applications pour Iphone ou Android (NDLR : l’une d’entre elles, N Building, vient d’ailleurs d’être présenté au MOMA, à New-York). Nous travaillons aussi dans des domaines aussi divers que le design intérieur ou la musique et les performances live.

NM : Qu’avez-vous prévu pour la soirée NEON Magazine ?

NT : En ce moment, j’ai tendance à jouer des choses minimales, une musique simple mais qui reste dansante. Pour la soirée du 16, je pense rester dans ce style-là, avec quelques morceaux plus disco aussi.

Si mon mix peut rappeler quelque chose de l’impression que l’on a au bord de la mer, avec le vent qui souffle, comme là où j’habite, à Fujisawa, alors ce sera réussi !

A écouter : Pan Pacific, extrait de son album Mind the gap

NEON Magazine présente la NEON NIGHT Vol. 1
Vendredi 16 septembre @ M Event Space & Bar
21:00-05:00

One Response to NEON NIGHT Vol. 1 : Nao Tokui

  1. Pingback: Nao Tokui – Surf on Entropy » DJ @ NEON Magazine, le premier anniversaire

Laisser un commentaire

Please use your real name instead of you company name or keyword spam.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.