Hors Pistes Tokyo, screening #2

Daikiri TakuyaNé de la rencontre entre le collectif new-yorkais Soundwalk et l’artiste Rostarr, Kill the Ego n’a pas déçu : visuellement, artistiquement, par sa bande-son aussi, le film nous a laissé scotchés. Une grosse claque ! Pour la séance de rattrapage c’est vendredi soir au M Event Space & Bar.

L’autre événement de la soirée c’était la projection du film Helpless Stones en présence de ses auteurs, Takashi Miura et Takuya Daikiri, venus tout spécialement d’Osaka. Nous en avons profité pour poser quelques questions à ce dernier…

INTERVIEW # 4

NEON Magazine : Comment vous appelez-vous ?
Je m’appelle Takuya Daikiri.

NM : Qu’est-ce que vous faites dans la vie ?
Je fais des films.

NM : Pourquoi êtes-vous là aujourd’hui ?
Aujourd’hui je suis venu pour la présentation de mon film et pour le talk-show qui aura lieu après. C’est un film qui s’intitule Helpless Stones. C’est une sorte de road-movie avec trois hommes qui marchent. Ils marchent et discutent, s’amusent.

INTERVIEW # 5

NEON Magazine : Comment vous appelez-vous ?
Je m’appelle Eiji Kamada.

NM : Qu’est-ce que vous faites dans la vie ?
Je suis responsable des programmes ici au Uplink.

NM : Qu’est-ce que vous avez vu aujourd’hui ?
J’ai vu Kill the Ego de Soundwalk & Rostarr. C’était très intéressant. Comment dire… C’est du graffiti et en même temps c’est plus que ça. Ça se rapproche de l’art contemporain, de l’art conceptuel. De ce que peuvent faire des gens comme Takashi Ishida ou l’artiste d’animation Keita Kurosawa. C’est de ce niveau-là donc oui, c’était vraiment intéressant.

Laisser un commentaire

Please use your real name instead of you company name or keyword spam.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.