Tokyo vu par - Neon magazine

Tokyo vu par… Mariel Clayton, photographe de poupées

Mariel Clayton - ChadoDeux samedis par mois, « Tokyo vu par… » c’est le regard d’une personnalité de l’art, du design ou de la culture sur la ville : ses quartiers, ses magasins, ses souvenirs aussi. Un regard sincère et personnel sur Tokyo et autant d’idées de promenades et de découvertes.

Mariel Clayton est une autodidacte. Une photographe qui s’est formée toute seule avec une seule obsession : mettre en scène ses Barbies dans des intérieurs qu’elle imagine de A à Z, dans des positions et des situations qui en disent long sur ce qui se passe dans sa tête. Chaque détail, chaque élément est pensé pour un résultat qui semble à la fois irréel et en même temps si probable. On lit ses photos comme on lit un livre, en se demandant ce que la suivante va raconter. On est fasciné parfois, écœuré d’autres fois, amusé aussi mais on en redemande. Cette jeune Canadienne connaît très bien Tokyo pour y être venue souvent. Nous lui avons demandé de nous raconter sa passion pour la capitale japonaise.

Mon Tokyo
Mon Tokyo, c’est le temple Senso-ji tôt le matin, quand tout est calme, quand le premier bouquet d’encens s’allume dans le brasier et que sa fumée parfumée monte avec les rayons laiteux et poussiéreux du soleil. Je suis alors tranquille.
Mon Tokyo, c’est les cerisiers magnifiques du parc d’Ueno éclairés par la lumière rose matinale quand le vent frais fait pleuvoir des pétales douces sur mon visage, quand je tends la main et touche cette beauté filtrée à travers mes doigts comme des flocons de neige.
Mon Tokyo, c’est de faire le tour du Palais impérial l’après-midi puis de me diriger vers ses jardins à l’est où je suis entourée d’arbres verts et me mets à chercher les grandes carpes dorées dans les douves et les étangs. Là, je bois un thé au blé à l’ombre des arbres et écoute les cigales tout en en observant les libellules aux tons saphir et émeraude.
Mon Tokyo, c’est de traverser Tsukiji à 5 heures du matin en observant tout ce que la mer peut fournir et en respirant l’odeur de l’océan, d’avoir la possibilité de désosser une anguille et de l’emporter, de déguster un morceau fraîchement découpé de thon tendre comme du beurre, de prendre un thé chaud et des sashimi frais pour le petit déjeuner au comptoir d’un tout petit restaurant rempli de clients gais en train d’apprécier le poisson pour ce qu’il est.
Mon Tokyo, c’est de passer des heures dans le magasin Kiddyland à admirer tous ces jouets qui me rajeunissent si bien que j’ai envie de me mettre à monter et à descendre les escaliers en courant car je déborde d’une joie enfantine pure, de parcourir l’avenue Kappabashi-dori jusqu’à ce que je trouve le magasin Maizuru pour à nouveau être comme une enfant qui joue à la dînette.
Mon Tokyo, c’est chaque coin de la ville, des lumières vibrantes et colorées de Shibuya et d’Akihabara à l’enfilade de portes cramoisies du temple Hie jinja à Akasaka.
Mon Tokyo, c’est le Narita express depuis l’aéroport, quand mon excitation monte à mesure que je m’approche du centre et que mon cœur bat à tout rompre du plaisir d’être là.
Mon Tokyo, c’est cette première expérience unique, quand j’étais perdue dans le métro, que j’ai sorti mon plan et qu’en moins de 10 secondes, trois personnes sont venues me voir pour me demander si j’avais besoin d’aide en se souciant de moi ; j’avais l’impression de rentrer chez moi.
Mon Tokyo, c’est tous ces merveilleux gens ; sympathiques, amusants, polis et attentionnés.
Mon Tokyo remplit tout mon cœur.

Le site de Mariel Clayton

2 réflexions au sujet de « Tokyo vu par… Mariel Clayton, photographe de poupées »

  1. Franck

    hello !

    VERY interesting article on Tokyo.
    As I’m about to go back in Japan. This would be a part of my roadmap in Tokyo.

    Thank you

    >> can we put this article in our greenmango.fr ?
    Of course, we will mention the name of Mariel Clayton.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *